Accueil Tendances & Créateurs Alory – Interview avec une Lady Boss

Alory – Interview avec une Lady Boss

écrit par Charlotte mai 28, 2018
Alory – Interview avec une Lady Boss

Alory est une jeune marque de vêtement lyonnaise qui s’engage dans une démarche éthique, mêlant recyclage et savoir-faire français. Aujourd’hui elle lance sa première campagne crowfunding ! Le MUE – adepte des projets engagés – souhaitait en savoir plus et a donc partagé une après-midi avec la créatrice de la marque, Laure Nebout, qui nous dévoile son parcours, sa marque et ses projets.

 

Bonjour Laure, pour commencer, nous aimerions en savoir un peu plus sur toi et ton parcours. Comment t’es venue l’envie de lancer ta propre marque de vêtement de mode éthique ?

L’histoire a commencé durant mon stage à Barcelone. Grâce à Louise et sa marque Leave Or Use, j’ai découvert le concept d’upcycling. J’ai été fasciné par cette manière de voir le cycle de vie d’un vêtement ! Ce stage m’a vraiment fait réfléchir, et pendant mon BTS de mode, j’ai fait un projet avec d’autres étudiants (on était une quinzaine) et on a créé des vêtements recyclés. On a fait une collecte de tissus dans le lycée. Comme c’était un lycée de mode, il y avait énormément de tissus laissés aux oubliettes. On a aussi fait une collecte de vêtements que l’on a retravaillés. On a fait une ligne de vêtements, des sacs modulables qui se transformaient d’un sac à dos en sac à main, des bijoux, que l’on a présenté lors d’un défilé à la fin de l’année. Chemin faisant, j’ai gardé l’idée, car il y avait du potentiel et j’ai continué à créer. En parallèle, j’ai fait une formation à Paris d’un an où j’ai appris la couture et le patronage. J’ai adoré ! La lingerie c’est très précis et compliqué. Puis je me suis intéressée à la lingerie éthique, les maillots de bain éthique, comment s’était fabriqué. À la fin de l’année, J’ai découvert comment faire les maillots de bain zéro déchet en Italie avec Emroce. C’était passionnant ! J’ai adoré le cadre de vie au bord du lac de Côme. Aujourd’hui, je suis installée à Lyon et j’ai décidé de lancer Alory suite à toutes ces belles rencontres.

Alory c’est quel genre de marque ?

C’est une marque de vêtements upcyclés qui s’engage dans l’économie circulaire. Alory ne se contente pas de fabriquer de beaux vêtements, mais réinvente à sa façon, le vestiaire de demain. Elle retranscrit la vision d’une mode éthique, respectueuse de l’environnement. Le vêtement Alory est intemporel, il associe simplicité et confort, tout en étant est durable et coloré.

Tu parles d’Upcycling, peux-tu nous expliquer ce terme ?

L’upcycling, – en français, upcyclage ou revalorisation est un terme désignant le fait de récupérer des matériaux ou des produits dont on a plus l’usage, afin de les revaloriser, c’est-à-dire, les réutiliser. J’utilise donc des matières inexploitées et je donne une seconde vie aux chutes, fins de stocks, et autres rouleaux de tissus voués à être jetés, pour les transformer en vêtements contemporains. L’upcycling fait partie intégrante de l’identité d’Alory.

D’ailleurs, que signifie le nom de ta marque, Alory ?

Alory c’est un mélange entre les lettres de mon prénom et de mon nom de famille ; LAuRe NebOut ReY. Je voulais un nom qui me représente moi, et mes valeurs.

Qu’elles sont les valeurs que tu transmets à Alory ?

L’upcycling et le made in France sont les deux valeurs principales d’Alory. Je m’engage à promouvoir un savoir-faire français à travers ma marque. Je prône la qualité avant la quantité, chaque pièce est réfléchie, essayée, ajustée et travaillée dans les moindres détails. Je m’engage aussi à minimiser l’impact environnemental de la marque, en évitant de produire des déchets et en donnant une seconde vie à ces tissus voués à être jetés., Pratiquer des prix justes, travailler en transparence, ralentir les processus de production pour aller à l’encontre de la fast fashion ; ce sont aussi des valeurs importantes que je mets en avant avec Alory.

Tu combines ton savoir-faire avec des tissus de qualités, d’où viennent-ils ?

Ils viennent de différents endroits : soit d’associations qui récupèrent des matériaux comme le Frich’Market qui se trouve à Lyon ; soit auprès de créateurs.  Il y a aussi La Réserve des arts à Paris qui récupère les tissus, arrivant tout droit de grandes maisons de mode. Ce sont des tissus de bonnes qualités, jetés, car ils n’étaient plus utiles. Sinon, je vais directement me rationner auprès des entreprises. Par exemple j’ai des tissus qui me viennent d’une créatrice de robe de mariés. Elle a de grandes chutes de tissus en soies, Made In Italie. Tout simplement magnifique ! Pour moi c’est un trésor ! J’en ai fait des chemises très agréables à porter, que j’ai nommée Aniline.

Comment te vient l’inspiration pour les vêtements que tu crées ?

Justement, essentiellement du tissu lui-même ! Quand je vois un joli tissu qui me plaît,  j’ai plein d’idées qui vont s’éveiller. Suivant la matière, l’épaisseur, le touché, le motif et d’autres spécificités propres au tissu, les détails se dessinent tout de suite. C’est un vrai travail créatif et c’est passionnant ! Après il faut réussir à canaliser toutes ces idées… Je m’inspire aussi de mes clientes et de ce qu’elles me disent. J’essaie d’adapter au maximum les attentes des clientes pour coller à leurs attentes. Je veux leur proposer un vêtement qui leur correspond avant tout.

Effectivement, tu proposes aussi un dressing personnalisé, à la demande du client, comment ça marche exactement ?

Oui, je propose de confectionner des pièces sur mesure, ou de personnaliser des vêtements. J’adore l’idée de créer un vêtement qui ira parfaitement à la cliente.  C’est un travail collaboratif. Ensemble, Nous réfléchissons à la création du vêtement : cela commence avec le choix du tissu, les détails, la coupe… Une fois la pièce terminée, la cliente va la porter, l’adopter et  l’adorer. Il n’y aura aucune raison pour que dans un an elle s’en lasse puisque, au final, c’est sa création.

Mon petit doigt m’a dit que tu avais des projets à venir ? Nous sommes curieux d’en savoir plus !

Effectivement, je lance aujourd’hui ma première campagne Crowfunding sur Ulule, top chrono ! En quatre semaines, j’ai besoin d’atteindre les  5 000 euros ! C’est un véritable sprint ! Cet objectif servira à financer la toute première collection d’Alory, toute sa production et les matières premières. La collection sera disponible dès l’été 2018. Un atelier de production va m’aider, parce que créer une collection de A à Z, ça demande énormément de temps ! Pour cette collection, il y aura 6 vêtements, pour hommes et femmes, que je vous laisse découvrir par vous-même. Il y aura aussi des accessoires, pochette à partir de chutes de cuir et des cadres photos. C’est la première fois que je vais faire des accessoires donc je suis très enthousiaste !

Tu as dit qu’un atelier de production allait t’aider ?

Oui, l’atelier de production est à Lyon, il se nomme LaHso. C’est un atelier de réinsertion pour des immigrés, des personnes qui sont aux chômages depuis longtemps, qui ont besoin de réinsertion professionnelle et pour certains, d’apprendre le français. L’atelier leur permet d’avoir une activité, et surtout, un contact humain.  Certains savent déjà coudre et ont un savoir-faire grandiose !

Dans le cadre de ta campagne de crowfunding, as-tu prévu des évènements ?

Bien sûr ! Il y aura une soirée de lancement le mercredi 30 mai. Vous êtes tous conviés ! L’évènement se passe au Comptoir Berges du Rhône, pour ambiance tropicale. Le soir du mercredi 6 juin, il y aura un défilé-performance au Ninkasi Gerland, suivi d’une soirée avec une vente de créateurs lyonnais. Le dimanche 17 juin, toute la journée, un vide dressing sera organisé et je proposerai des ateliers de couture. J’organise la soirée de clôture à Paris et à Lyon, histoire de terminer la campagne en beauté !

En parlant d’événement, tu es profondément engagée envers la Fashion Revolution ! De qu’elle manière as-tu participé cette année ?

La Fashion Revolution est un évènement qui me tient à cœur, oui ! Chaque année, pendant une semaine, tout le monde est en osmose et a le même engagement. C’est notre révolution à nous, on se révolte contre la Fast Fashion et tout le monde en parle. C’est le moment d’être présent ! La Fashion Revolution ce sont des évènements organisés, du positivisme, des rencontres, un échange, le partage de mêmes valeurs… Avec The Greener Goods (une association lyonnaise qui organise des événements green) dans laquelle je suis engagée, nous avons organisé plusieurs évènements. Un Apéro The Greener Goods, autour d’une exposition photo,  ainsi qu’une ballade découverte des bonnes adresses de mode éthique à Lyon. Nous avons aussi établit une carte qui localise les adresses des boutiques éthiques dans Lyon.

Pour finir, aurais-tu un message à faire passer ?

Aimez vos vêtements ! Ne les considérez pas comme de simple objets, ils ont plus de valeurs : ils racontent qui vous êtes. Vous pouvez retrouver tous les détails de la campagne crowfunding d’Alory ici. Ce projet proposant une nouvelle alternative de mode responsable mérite tous les succès possibles. Nous vous encourageons à liker, partager, et à en parler autour de vous !

En attendant, n’hésitez pas à vous rendre sur son site, découvrir les merveilles que Laure confectionne.

ALORYPARIS.FR

 

mue-magazine-mode-ethique

Envie d'en lire plus ?