Home Actualités #GIRLBOSS

#GIRLBOSS

written by Zoé juillet 5, 2017
girl boss mue magazine mode

Si la série a été annulée par Netflix après seulement une saison (monde cruel), ce n’est pas pour autant qu’elle ne laisse pas une horde de fans derrière elle.

Toujours très bavard, le MUE vous donne son avis.

Une série qui nous inspire

En 2014, on découvrait Sofia Amoruso, la fondatrice de la boutique vintage/virtuel nastygal.com, dans son livre autobiographique #Girlboss vendu à des millions d’exemplaires à travers le monde. Inspiré par le succès interplanétaire de cette business women started from the bottom, la série réalisée par Netflix, est une « adaptation libre de faits réels, vraiment très libre ».

Incarné par Britt Roberson, le rôle de Sofia ressemble à une bonne copine qu’on pourrait avoir. Un peu décalée, un brin excentrique, toujours bien sapée, elle mange de la pizza au petit dej’ et recouvre les murs de son appartement de vêtements (ça vous rappelle quelqu’un ?). La série s’articule entre le lancement de sa page Vintage sur e-bay, ses ébauches amoureuses et ses idées plus ou moins de génie.

A ses débuts, on nous présente Sofia comme une post-adolescente un peu perdue, qui essaye tant bien que mal de trouver sa place dans une société qui ne lui convient pas (là aussi ça vous rappelle quelqu’un ?). Sans diplômes, sans argent, la jeune femme ne peut compter que sur son caractère pétillant pour assurer son avenir. Et ça lui suffit.

Entourée de personnages délirants, on retrouve à ses côtés : LA meilleure amie, un artiste à la recherche du sens de la vie et quelques génialissimes vendeur-de-fripe, propriétaire-chanteur-de-choral, web-concurrents-hypers-guindés. Les aventures de Sofia (qui vit à San Francisco et refuse de passer sur un pont), sont tout simplement prenantes, et hilarantes.

girl boss mue magazine mode

#Girlpower

Si on a dévoré aussi vite les 13 épisodes de la première saison, c’est car la série présente une image qu’on trouve assez représentative des femmes de notre génération.

En effet, on rêve toutes plus ou moins d’être une Girl Boss. Créer une entreprise florissante à l’international, en chinant des vêtements vintages, c’est un peu le rêve de toutes fashionistas qui se respecte, non ?

Mais, réussir véritablement à créer cette entreprise, c’est encore mieux ! En effet, on adore voir Sofia se remplir les poches d’une idée que son entourage (particulièrement son père) trouvait ridicule à ses début. Voir cette jeune femme s’épanouir autant d’un point de vue personnel que professionnel, en suivant seulement son instinct et ses passions : ça nous fait rêver.

En fait, avec un peu de recul, ce qu’on aime vraiment chez GirlBoss, c’est le message véhiculé par la série : les filles, let’s go ! Arrêtez d’attendre que tout soit parfait, que vous ayez toutes les clés en main et que votre banquier vous ait à la bonne (ce qui, on le sait tous, n’arrivera jamais). Lancez-vous ! Suivez vos instincts ! Jetez-vous dans une aventure qui vous passionne ! Ici, se trouve la clé d’un succès dont vous serez chaque jour un peu plus fière.

Alors même si on doit avouer que l’histoire d’amour coincé au milieu est un peu bateau, que les personnages sont parfois un peu mélancoliques, on ne peut pas résister à l’énergie et l’enthousiasme de Sofia, qui a su inspirer toute une génération de girl boss 2.0.

Et, promis, ça ne ruinera pas votre vie sociale : les épisodes ne durent que 30 minutes et il n’y aura malheuresement qu’une seule saison..

Envie d'en lire plus ?